VIDEOS

CONCERTS

BIOGRAPHIE

Il rêvait d’être acteur. Mais le sort en a décidé autrement.  Roberdam a choisi de jouer différemment, en passant par la  musique. À la sortie de son Ecole de musique (la M.A.I. à  Nancy), il fonde son premier groupe Ravid’Vour’Voir pour sept  années et trois disques de chanson française à tendance festive  ; ensuite ce sera Les Garçons Trottoirs : un groupe de rue  avec lequel il va taquiner une folk sauvage, sur trois albums  et dans les Caf’Conc’ même les plus reculés de France. Puis  en 2010, il s’est concentré sur ses affaires personnelles, menant  un projet improbable : la co-écriture d’un polar musical  de 53 minutes mêlant ses chansons aux images de Frédéric  Arnould. Roberdam est têtu. Il va aboutir son concept pour le  faire tourner sur les planches de France, pendant un an, dans  une folle aventure de projections-concerts…  Voilà pour ses années de jeunesse menées tambour  battant. En 2014, Roberdam a décidé d’arrêter de courir.  Ou alors il courra tout seul, à son rythme. C’est dans  l’introspection qu’est née l’idée de ce premier recueil en  solo. Lentement, doucement, en structurant des textes et  des mélodies directrices au fil des humeurs et des rêveries.  Il lui a fallu trois ans dans sa maison-bateau amarrée au  bassin de La Villette à Paris, pour composer quatre titres  d’abord, enregistrés et arrangés en tandem dans le « home  boat » de son voisin de péniche, le multi-instrumentiste  Quentin Bécognée. Un autre doux dingue. Tout est né là,  sur l’eau, le regard pointé « Vers l’avant ».  « Les textes viennent d’abord. Les mots donnent l’ossature  de la musique, le rythme, le relief, une ligne de chant.  Le travail d’arrangements est plus difficile pour moi. J’ai eu  besoin de partager et d’échanger sur les musiques et leurs  couleurs, de mettre des idées en commun avec des gens  de confiance pour faire naître ces chansons pop à la française…  Sous l’oeil aiguisé de Quentin, cette musique est  apparue comme une évidence sur les mots que j’amenais.  » Tout ira très vite, dans l’action, de nouveau. Aux quatre  titres posés sur bande, s’en ajoutera une petite dizaine au  fil de la réflexion, puis mis en musique à l’instinct et dans  l’énergie au Studio Besco (dont il a essuyé les plâtres) avec le  batteur et claviériste Alexis Campet. Les voilà donc, regroupés  dans ce nouvel album solo, « Je rêve donc je suis ».

Quand Roberdam rêve, il parle. Parfois fort. Sa voix  résonne dans chaque texte. Il porte le mot, la strophe et  le sens avec le courage des auteurs ; il transforme les  mots simples en une vibration, suivant à la lettre les  leçons de Brel. Parce que Roberdam joue dans cette cour,  à sa manière. Il trimballe avec élégance son petit bout de  lorgnette sur le quotidien, sa mélancolie entretenue  devant un réel implacable, et s’évade dans la quête d’un  ailleurs injoignable. Il écrit sur le désir avec ses armes :  le mot qui claque, la mélodie qui plaque et le sentiment  qui craque. Roberdam vacille encore dans l’incertitude  du lendemain et s’accroche à la promesse de l’air du  temps, avec une fougue souterraine.  « J’ai mis longtemps à aboutir ce projet. Je voulais donner  une vie à mes mots et trouver un paysage musical où je  pourrais raconter la mélancolie avec légèreté, avec cette  couleur qui fait du bien. » Il n’y a qu’à relire les titres de  ce disque pour s’en convaincre et mesurer la plénitude du  personnage : « Vers l’avant », « Tout va bien », « Paris »,  « Tout et n’importe quoi », « Je rêve donc je suis ». Il est  un peu country ici (« Quel pied »), baladeur chez Ennio  Morricone là-bas (« J’ai la flemme ») un peu intimidé  ailleurs (« Tes dessous »), romantique toujours (« Est-ce  que tu m’aimes quand même », « Un été sous la pluie »).  Mais la force de Roberdam, c’est sa délicatesse, son art du  trait discret, de la rime assumée, dans son évidence  prosodique, avec aplomb et densité.  Son souci du climat confine celui de la justesse, de la  recherche et l’exigence pour capturer des moments  fragiles et les encapsuler dans un album à vivre, comme  une fraction de vie séquencée en mini-métrages mélancoliques,  mise en musique dans des écrins orchestraux,  sentis et suggérés.  Voilà, il est Roberdam, il rêve et… il est.

Je rêve donc je suis

01. Vers l'avant
02. Un été sous la pluie
03. Je rêve donc je suis
04. Tes dessous
05. Grandir n'est pas de mon âge
06. Quel pied
07. Goodbye My Love
08. Tout va bien
09. Est-ce que tu m'aimes quand même
10. J'ai la flemme
11. Tout et n'importe
12. Paris

Album disponible :

Boutique At(h)ome :



Autres albums

un été sous la pluie - EP

Vers l'avant - EP (2015)

Je voudrais être star (2011)

PHOTOS

Je rêve donc je suis

Découvrez "Je rêve donc je suis"
le nouvel album de Roberdam

Disponible sur la boutique AT(h)OME et sur les plateformes de streaming et téléchargement

CONTACTS

(p) et (c) 2017 AT(h)OME.

Crédits photos : Yann Orhan

Site web : Antoine Vovard

PROMOTION : CANITROT & CO

jmcanitrot@aol.com

+33 (0)6 64 07 07 07


LABEL : AT(h)OME

olivier@label-athome.com

promo@label-athome.com

+33 (0)1 57 42 18 90


TOUR : 213 Productions

+33 (0)2 99 94 50 18


MANAGEMENT : Jérémy Dravigny et Philippe Hérisson

jeremy.dravigny@gmail.com

phil@philherisson.com